1766 Beccaria, Traité des Délits et Peines.

Traduit de l'italien d'après la troisième édition revue, corrigée & augmentée par l'auteur. Avec des additions de l'auteur qui n'ont pas encore paru en italien. Nouvelle édition plus correcte que les précédentes. Joint: Giacinto Dragonetti (anonyme), Traité des Vertus et des Récompenses 1769. 

En stock
Isbn
LA428
680,00 €

 

  • Etat : très bon état, légèrement frotté, coiffe inférieure avec un trou minime, minimes taches éparses.              
  • Volumes : 2 pièces en 1 volume.
  • Reliure : plein veau de l'époque, dos à nerfs doré, tranches rouges, gardes marbrées. 
  • Format : In-12.
  • Pages : XXXVI, 239 pp. et XIII, 9 - 147 pp., 5 ff.
  • Editeur : Philadelphie (Paris) et La Haye, Frederic Staatman.
  • Date : 1766 et 1769.
  • Ref. :  Brunet I, 729; Printed in the Mind of Man, 209; Weller II, 175.


    Traduction française du livre le plus influent de toute l'histoire de la criminologie Dei Delitti e delle pene. C'est dans cette version française, traduite et éditée par Morellet, que le livre est devenu célèbre. Beccaria soutenait que la gravité du crime devait être mesurée par le préjudice qu'il cause à la société et que les peines devaient être liées à ce préjudice. Il considérait que la prévention du crime était plus importante que sa punition, et que la certitude de la punition avait plus d'effet que sa sévérité. Il s'opposait à la peine capitale, qui devrait être remplacée par l'emprisonnement à vie, les crimes contre la propriété devraient être punis en premier lieu par des amendes, les crimes politiques par le bannissement, et la condition dans les prisons devrait être radicalement améliorée (PMM). Voltaire regardait ce traité comme le code de l’humanité et tous les législateurs s’en inspireront. 

    Il existe au moins sept éditions différentes de la première traduction française, toutes publiées en 1766.

    Giacinto Dragonetti (anonyme), Traité des Vertus et des Récompenses pour servir de suite au Traité des Délits & des Peines. Traduit de l'italien par Jean Claude Pingeron. La Haye, Frederic Staatman 1769 (légèrement bruni, les premiers deux feuillets avec minime défaut).

    Giacinto Dragonetti (1738 - 1818) fut un disciple du Napolitain Antonio Genovesi et le fondateur de la tradition Economia Civile. Le court livre de Dragonetti, A Treatise on Virtues and Rewards, apparaît à Naples en 1766, peu après sur les crimes et les punitions de Beccaria (1764). Dans le Treatise, Dragonetti avance une théorie de l’action basée sur des prix pour les vertus. L’idée de prix s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle de bons ou de vertueux citoyens agissent pour des raisons intrinsèques. L’économie moderne a suivi la voie des incitations (et des « punitions »), et non de la remise des prix. 
Plus d'infos
Auteur / Cartographe / Photographe Beccaria Cesare
Condition D'occasion - Très bon état
Langue France
Illustré Non
Année 1766
Editeur Staatman Frederic
Première édition Non
Edition signée Non
Reliure signée Non
Aux armes Non
Reliure / Format Plein cuir
Taille 16,5 x 10 cm
Rédigez votre propre commentaire
Vous commentez :1766 Beccaria, Traité des Délits et Peines.
Votre notation